Plusieurs événements peuvent expliquer pourquoi les VPN sont devenus si populaires. Il y a d’abord la multiplication des scandales orchestrés par certains lanceurs d’alerte... L’utilisation d’un VPN est-elle contraire à Hadopi ?

Plusieurs événements peuvent expliquer pourquoi les VPN sont devenus si populaires. Il y a d’abord la multiplication des scandales orchestrés par certains lanceurs d’alerte comme William Binney ou Edward Snowden. Leurs témoignages ont en effet contribué à une prise de conscience massive quant à la fragilité de la vie privée sur internet. Puis en 2009 est arrivé Hadopi et son intention de combattre le téléchargement de fichiers protégés par les droits d’auteurs. C’est à ce moment là que le VPN a gagné en popularité auprès de tous ceux qui s’adonnent au P2P.

VPN pour contourner Hadopi

Toutefois, au vu des sanctions prévues par la loi, de nombreux internautes hésitent. Le VPN est-il vraiment un outil en accord avec Hadopi ? N’existe t-il pas un risque en utilisant un VPN ? C’est ce que nous allons tenter d’élucider. Mais peut-être que la vraie question ne serait-elle pas plutôt de savoir si vous avez quelque chose à vous reprocher ?

Hadopi : quelles sont les sanctions prévues par la loi si je télécharge en P2P ?

Hadopi fait frissonner les pirates depuis maintenant plus de 10 ans. Mais êtes-vous sûr de bien comprendre de quoi il s’agit ? Personnellement, j’ai entendu beaucoup de mythes à son sujet. Nous allons donc prendre le temps d’éclaircir un peu tout ça.

Hadopi : c’est quoi au juste ?

Hadopi est un acronyme : Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet. Comme je vous le disais, l’un de ses objectifs est de combattre le partage de fichiers protégés par les droits d’auteur. Généralement des films, des séries et de la musique. Mais aussi, dans de moindres proportions, les livres.

Lorsque ces œuvres sont protégées par des droits d’auteurs, la seule façon légale de vous les procurer est de les acheter auprès d’une enseigne agréée. De cette manière l’auteur en question peut recevoir la rémunération de son travail. Côté illégal, en revanche, il existe plusieurs moyens. Vous pouvez télécharger le fichier en pair à pair (que l’on nomme P2P), en streaming ou encore en téléchargement directe (souvent abrégé DDL).

Contrairement aux idées reçues, ceux qui font usage d’œuvres protégées via le streaming ne sont pas concernés par la loi. En effet, Hadopi poursuite ceux qui transmettent, diffusent ou partagent. Le streaming n’impliquant aucun stockage sur votre machine, vous échappez au cadre juridique. Bien sûr, la personne qui est derrière la page de streaming, elle, risque les sanctions prévues par la loi. Tout comme ceux qui télécharge en P2P ou en DDL.

Je télécharge illégalement, quels sont les risques ?

Voyons à présent comment se déroule ce fameux processus de sanction :

  • Tout d’abord vous recevez une lettre d’avertissement de la part de votre Fournisseur d’Accès Internet (FAI).
  • Si vous ignorez cette lettre et récidivez dans les 6 mois : rebelote, vous recevez un nouvel avertissement.
  •  Enfin, si vous êtes du genre têtu et que vous ignorez une fois de plus cette avertissement, cette fois-ci on vous coupe internet pendant 1 an. Bien sûr, cela ne vous dispense pas de payer votre abonnement …
  • Si vous pensez « pas grave, je prends un autre abonnement ». Et bien vous-vous exposez à 30.000€ d’amande et 2 ans de prison.

Au moins, on peut pas dire qu’on ne sera pas prévenu ! Mais je suis sûr qu’une question vous taraude l’esprit. Comment Hadopi est-il au courant de mes petites activités clandestines ? La réponse en trois lettres : FAI. Et oui ! Chaque fois que vous utilisez internet, votre FAI sait exactement tout ce que vous faîtes. C’est lui qui vous attribue votre IP, alors c’est facile d’enregistrer vos visites, vos requêtes et tout ce que vous faîtes sur la toile.

Avant que vous ne songiez lancer un regard noir au prochain technicien qui vient vous installer la fibre : sachez que votre FAI a l’obligation légale d’informer les autorités de vos activités illégales. S’il ne le fait pas, il s’expose lui aussi à des poursuites judiciaires.

Qu’est-ce qu’un VPN ?

Maintenant que nous avons mes idées claires en ce qui concerne Hadopi, voyons du côté des VPN. Comme vous le savez peut-être, là encore, il s’agit d’un acronyme : Virtual Private Network. En français, réseau virtuel privé. Et là, et bien tout est dit. Le VPN vous permet en effet d’utiliser internet en passant par un chemin unique et protégé. En d’autres termes, vous devenez complètement invisible et anonyme. Et oui, rien que ça !

VPN qu'est-ce que c'est ?

Pour que cette prouesse soit possible, votre fournisseur VPN va mettre en place plusieurs stratégies de sécurité. Cela se fait au moyen de protocoles plus ou moins sophistiqués, selon la qualité du VPN que vous choisirez. Il va ainsi pour agir sur :

  • Votre adresse IP, qu’il va masquer en la remplaçant par une fictive.
  • Le chemin prit par vos données en le rendant unique et étanche via un protocole de tunneling.
  • Le chiffrage de vos données via un autre protocole qui va permettre de les rendre invisible.

Ainsi, il devient impossible de savoir d’où viennent vos données et de les intercepter pendant leur transit. Votre FAI n’a ainsi plus la moindre idée de ce que vous faîtes sur la toile. Et vous comprenez donc pour les VPN sont si populaires auprès de ceux qui craignent Hadopi. Sauf que…

Utiliser un VPN et être en accord avec Hadopi : c’est possible ?

Si on s’en tient à la théorie, forcément on a l’impression que VPN et Hadopi s’entendent aussi bien que Joker et Batman. Mais, il y a toujours un mais. Plusieurs d’ailleurs.

Vos données ne voyageront plus vers les serveurs DNS de votre FAI. C’est pour cela que ce dernier ne pourra pas connaître votre activité. En revanche elles iront vers ceux de votre fournisseur VPN. Et c’est là qu’il peut y avoir un « mais ». Si votre fournisseur VPN conserve à son tour votre activité, vous vous exposez au regard de Hadopi, notamment si vous avez des choses à vous reprocher. C’est pour cela que la plupart des VPN promettent de n’enregistrer aucune de vos données.

Ne vous en tenez pas aux promesses faîtes par les fournisseurs VPN. Allez fouiner dans la politique de confidentialité ! Les VPN qui stockent et partagent les données de leurs clients ne sont pas rares ! Faîtes d’ailleurs attention aux gratuits.

Autre point qu’il faut prendre en compte : le VPN n’est pas sans faille et il peut arriver que Hadopi puisse intercepter vos données. Parfois, au lieu de circuler dans leur tunnel sécurisé les données s’échappent et retournent vers le serveur DNS de votre FAI. Cela peut arriver à n’importe quel VPN et le pire : vous ne vous en rendrez pas compte. Sauf si votre VPN est équipé de la fonction anti-fuite de DNS. Et que cette dernière fonctionne correctement.

Certains VPNs sont également équipés de la fonction kill-switch. Sorte de bouton d’arrêt d’urgence, en cas de problème, il permet d’interrompre instantanément le flux des données.

Comment utiliser un VPN sans prendre de risque avec Hadopi ?

Vous l’aurez compris, même si vous utilisez un VPN, vous n’êtes pas 100% à l’abri du regard de Hadopi. Mais comme je vous le disais dès l’introduction : est-ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ?

Finalement, le téléchargement illégal peut vous apporter bon nombre d’ennuis. Et l’utilisation d’un VPN ne rime pas forcément avec téléchargement illégal ou streaming. Vous pouvez tout à fait faire confiance à cette solution de sécurité, et l’utiliser dans un cadre légal.

Rappelons-le encore une fois, le VPN a été créé pour sécuriser votre connexion (donc contre les potentiels pirates), mais également pour vous permettre d’être anonyme. L’anonymat, vous permet de protéger votre vie privée, en ne divulguant pas vos données personnelles. Cela n’est pas synonyme d’illégalité.

Un VPN peut-il empêcher Hadopi pour P2P ?

Par ailleurs, vous verrez que votre expérience du streaming sera notablement meilleure d’un point de vu confort. En effet le VPN va permettre de débrider votre connexion. Car, vous ne le savez peut-être pas, mais certains FAI brident la bande passante des utilisateurs qui utilisent le streaming. Avec un VPN vous devriez voir votre vitesse de connexion améliorée.

Bref, vous l’aurez compris, si vous songez vous équiper d’un VPN, il existe d’autres avantages plutôt que celui de contourner Hadopi.

Quels sont les usages légaux du VPN ?

Si vous pensez qu’un VPN ne sert qu’à contourner Hadopi, c’est bien dommage ! Ce n’est en effet qu’une infime partie des possibilités que vous offre ce genre de programme. Comme je vous le disais un peu plus tôt, vous allez pouvoir profiter d’un contenu streaming de bien meilleure qualité, grâce à de meilleures performances au niveau de votre connexion.

Mais ce n’est pas tout. Supposons que vous partiez en voyage. Vous pourrez regarder tous les films du pays dans lequel vous vous trouvez, sans aucun soucis. Cela est aussi valable pour la musique. A présent, vous pourrez utilisez votre compte Spotify, Deezer ou autre et écouter la musique que vous voulez, où vous voulez.

Enfin, n’oublions pas que le VPN permet également de lutter contre la collecte d’information personnelle. Pour naviguer sans publicités intempestives, sans spams, sans traçeurs et sans cookies.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *